Déjà membre ? 

Attention, vous devez désormais vous connecter avec votre email d'inscription


Mémoriser     J'ai perdu mon mot de passe
Accueil     Démonstration     Devenir membre     Nouveautés
slider slider-->
Communauté
MaCaveAVins
Apprendre
les régions
classification
officielle


Les Cépages :

Gamay, pinot noir, et pinot gris, peuvent entrer dans la composition des rouges et des rosés ; chardonnay et aligoté dans celle des blancs.

Les Appellations :

Les Crus :

Du nord au sud :
  1. Saint-Amour :

  2. 330 ha en Saône-et-Loire. 18.000 hl de vin généralement peu coloré, léger, souple, direct, au nez de pivoine, au fruit évoquant la pêche ou la pomme. Un vin qui peut être acide lorsque l'été est frais, et qui doit être bu dans les 4 ans.
    Populaire grâce à son nom, son prix est légèrement trop élevé par rapport à la plupart des autres Crus.
  3. Juliénas :

  4. Juliénas (ainsi nommé en l'honneur de Jules César) a une aire délimitée de 600 ha, certaines parcelles étant empruntées à Emeringes, Juillé, et Pruzilly.
    34.000 hl de vin ferme et robuste, plein et fruité, aux arômes de pêche et de framboise, ou de fraise des bois, avec beaucoup de mâche. Il a une robe plus foncée que son voisin le Saint-Amour, et plus de corps.
    Il demande 3 à 4 ans pour s'ouvrir, et peut être conservé 8 ans.
  5. Chénas :

  6. le plus petit Cru (250 ha), incluant La Chapelle-de-Guinchay.
    Un vin au fruité discret, mais aux senteurs de rose et de violette, voluptueux et chaud. Un des Crus les plus corsés du Beaujolais, plus bouqueté que le Juliénas, il se rapproche du Moulin-à-Vent, mais sans en avoir la capacité de vieillissement. Les vignobles à l'est et au sud de la commune ont d'ailleurs droit à l'appellation Moulin-à-Vent.
    15.000 hl, à boire entre 2 et 5 ans.
    Un bon rapport qualité/prix.
  7. Moulin-à-Vent :

  8. le moulin de ce "Roi du Beaujolais" a perdu ses ailes, mais est devenu la mascotte du Beaujolais.
    Le vignoble de 700 ha, qui empiète sur les communes de Chénas et de Romanèche-Thorins, est le plus ancien et le plus populaire du Beaujolais. Il produit 37.000 hl du vin le plus exporté du Beaujolais, toujours assez corsé.
    Est-ce parce que le sol contient du manganèse ? Cette explication est douteuse, mais quoiqu'il en soit, dans les meilleures années, le Moulin-à-Vent présente un bouquet, un corps, une classe, qui rappellent les vins de la Côte d'Or, surtout après 5 à 10 ans de vieillissement. Il peut alors avoir des flaveurs de fruits rouges très mûrs, voire de gibier ou de truffe, et même de cacao.
  9. Fleurie :

  10. de sa chapelle, la Madone de Fleurie veille sur les 800 ha du vignoble, qui produit bon an mal an 45.000 hl du vin le plus coûteux du Beaujolais.
    Paré d'une robe brillante, léger mais très racé, il sait allier les parfums du printemps à des fruits exquis de pêche ou de cassis. Quoique moins corsé, il rivalise avec le Moulin-à-Vent. Il est très populaire à l'étranger, notamment auprès des Suisses, aussi faut-il le réserver avant sa sortie, puis il faut l'attendre environ 2 ans.
  11. Chiroubles :

  12. Sur 350 ha, ce charmant village à flanc de coteau produit 20.000 hl d'un vin parfumé, léger et souple, voire charmeur et sensuel, qui ne gagne rien à vieillir : à boire entre 1 et 2 ans.
    A Chiroubles, la statue érigée face à l'église est celle de Victor Pulliat, un des tout premiers à avoir utilisé les souches américaines résistantes au phylloxéra, et en tous cas le premier en Beaujolais. Victor Pulliat est par ailleurs connu pour son classement des cépages par époques de maturation.
  13. Morgon :

  14. 1.100 ha. 60.000 hl qui se différencient nettement du reste des Beaujolais.
    Ce vin au parfum de groseille et de kirsch, charnu, généreux et robuste, a un goût de terroir dû aux schistes désagrégés de son sol. Moins fruité que les autres Beaujolais, il est plus vigoureux et présente une bonne aptitude au vieillissement. Le plus bourguignon des Beaujolais, à la robe grenat foncé, n'offre guère d'arômes floraux, et se distingue de ses voisins par un fruit très affirmé où domine un goût de kirsch, d'abricot, ou de noyau de griotte.
    A boire entre 5 et 10 ans.
    Le lieu-dit "Le Py", sorte de longue montagne, fournit des vins amples et concentrés, colorés et corsés, au bouquet particulier.
  15. Régnié :

  16. c'est le petit dernier. L'appellation a été accordée en 1988 à 740 ha de Régnié (dont l'église a deux clochers) et de Durettes. Le vin exhale des arômes de groseille et de framboise.
  17. Brouilly :

  18. ce terroir de 1.200 ha entoure la Montagne de Brouilly, sur les communes d'Odenas, Saint-Lager, Saint-Etienne-la-Varenne, Cercié, Quincié, et Charentay. Il produit 70.000hl de "vin de l'amour", en général un peu ferme dans son âge dit tendre, mais au bouquet floral fin et vif. Il est à boire entre 2 et 7 ans.
    Brouilly est le seul Cru, avec Côte de Brouilly, autorisé à employer d'autres cépages que le gamay (aligoté, chardonnay). La disparité observée dans la qualité incite à sélectionner.
  19. Côte de Brouilly :

  20. La chapelle de Notre-Dame du Raisin, construite vers 1875 par des vignerons cherchant à exorciser l'oïdium, est l'objet d'un pélerinage annuel, le premier samedi de septembre. A 485 mètres, elle couronne le Mont Brouilly, dont le flanc méridional accueille les 320 ha du vignoble. C'est sous sa protection que sont produits 16.000 hl de vin à la robe rubis intense, ardent et savoureux, plus riche que le Brouilly, et aussi plus apte au vieillissement.


Liste des Appellations présentes dans Macaveavins.com

top



Retour à la carte des vins







Nous contacter

  • +33 9 77 55 56 50

La boutique

Copyright © 1999 - 2017 www.macaveavins.com - Tous droits réservés.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.
Page générée en 0.0033 secondes